La première mention du village date de 901 sous le nom de Campus ultimus , ce qui se  traduit par « le dernier champ en raison de sa position éloignée . Ce qui donnera Campoltme en 1035, puis Camp poma  en 1280 pour devenir Campôme sous la Révolution.

Dès sa création Campôme, dépend de la seigneurie de Paracolls dont on peut encore aujourd’hui observer les ruines du château situé au dessus des thermes de Molitg. 

Cette seigneurie dominait également  plusieurs hameaux, aujourd’hui sur le territoire de la commune de Campôme,  comme Fornols, situé sur le rebord  du Pla de Vallenso ou encore Croëlls.

Les sources sont rares concernant la période médiévale. On peut supposer que le village vit alors essentiellement de l’agriculture et de l’élevage.

A partir du XVe siècle, Campôme connaît une période prospère grâce à l’exploitation  d’une forge  par le seigneur de Paracolls. Cette forge à la catalane transforme le minerai de fer du Canigou à l’aide du charbon de bois extrait des forêts environnantes.

Cette activité métallurgique disparaît fin XVIIè début XVIIIè siècle.

Une activité de forge redémarre en 1836 (c’est à cette époque que Campôme connait son maximum de population avec  365 habitants). Elle cesse en 1864.

A partir de la fin du XIXe siècle, une activité se développe dans la vallée : l’activité thermale.

Situé à 568m d’altitude, Campôme compte au dernier recensement de 2021,  116 habitants résidantà l’année.

Aujourd’hui, l’activité économique de la vallée reste liée à l’agriculture, à l’élevage bovin, équin, porcin, caprin…,  au maraichage, à la culture de la pêche et de la pomme, à l’apiculture.

Les thermes de Molitgs-les-bains et le tourisme représentent une part importante de l’économie et de la vie au village.

Durant la période estivale sa population augmente avec l’ouverture des maisons secondaires et la présence des vacanciers ou des curistes.